Interview de Mathieu Chartier auteur du Guide du référencement web

Je reçois aujourd’hui Mathieu Chartier auteur de l’ouvrage « Le Guide du référencement Web » édité par First. Je vous ferai un petit retour dans quelques semaines sur cet ouvrage.

Merci à lui d’avoir bien voulu répondre à mes questions.

Mathieu-chartierPouvez-vous vous présenter et nous dire d’où vient votre passion pour le référencement web ?
Je suis Mathieu Chartier, un tout jeune entrepreneur du Poitou-Charentes qui a suivi un parcours plutôt atypique. Initialement, j’ai travaillé dans l’archéologie avec un penchant plutôt prononcé pour la recherche scientifique, j’ai failli me lancer dans l’aventure d’une thèse mais la conjoncture m’a plutôt freiné après mon bac+5, j’ai donc basculé contre toute attente dans un second Master, mais professionnel cette fois-ci.
Le Master information et communication (spécialité web-éditorial) de l’université de Poitiers est très réputé et est une référence en France car il s’agit du tout premier bac+5 de ce type. Passionné par les NTIC, il m’a paru évident de rebondir dans ce milieu. Désormais, je consacre ma vie au Web et je passe mon temps à former des gens à travers la France sur diverses thématiques qui le composent.

Ma passion pour le référencement est arrivée très tôt, durant mon master web. J’ai découvert quelques ouvrages sur le sujet dont le best-seller d’Olivier Andrieu et j’ai été conquis. Je n’ai jamais cessé de travailler cette discipline depuis cette époque et je suis toujours aussi passionné…

Vous êtes l’auteur du « Guide du référencement Web » ? Pouvez-vous nous le présenter et nous dire à quel public ce livre est-il destiné ?Guide du référencement web
En effet, je suis le récent auteur du Guide du référencement Web publié chez First éditions. L’éditeur cherchait un auteur capable de dresser les grandes lignes du sujet pour les débutants tout en allant plus loin sur des points précis afin que des passionnés puissent également apprendre des notions qui passent parfois inaperçues.

J’ai donc proposé de faire un ouvrage général avec des cas pratiques dans un premier temps, afin que les non-initiés aient une information complète et à jour sur le sujet.

Parallèlement, j’ai décidé de détailler certains aspects afin que même des initiés puissent y trouver un intérêt, notamment pour tous ceux qui ne suivent pas l’actualité du sujet jour après jour. Par exemple, j’évoque les dernières mises à jour (Panda et Penguin) et les solutions pour s’en sortir, je parle du Knowledge Graph, des extraits enrichis, etc.

J’ai également souhaité discuter des autres moteurs de recherche. J’en avais assez de ne lire que sur Google, il n’est pas seul sur le marché mondial (Baidu, Yandex, Bing…) et je voulais rendre hommage à ses concurrents. C’est pourquoi vous trouverez dans mon ouvrage des détails sur Bing que je n’ai vu nulle part ailleurs (en toute modestie) et je me suis même amusé à présenter l’interface Webmaster Tools de Yandex. J’ai vraiment voulu montrer des aspects que nous n’avions pas dans d’autres ouvrages afin que même les passionnés y trouvent leur compte. Tous ces points sont utiles aux néophytes mais me semblent avant tout aux professionnels du domaine qui n’auraient pas tout exploré.

D’où vous est venue l’idée de rédiger un ouvrage sur le SEO ?
C’est une forme de concours de circonstances. Mes études universitaires et notamment la recherche en archéologie m’ont forcé à écrire des rapports et des mémoires de recherche assez longs, j’avais donc un goût pour l’écrit dès cette époque. Ensuite, en master web-éditorial, les cours que j’ai reçus auprès de journalistes du journal Le Monde ou de l’AFP ont également renforcé cette passion pour l’écriture.

J’ai hésité longuement à suivre un doctorat dans le Web avec le référencement comme sujet de thèse. Les pourparlers avaient déjà commencé avec mon ancien directeur de Master. Finalement, l’idée n’a pas semblé la meilleure du monde car j’aurais pu traîner ce titre comme un fardeau sur le marché de l’emploi notamment. J’ai donc décidé de persuader les éditeurs de me faire confiance sur le sujet du référencement. First a été rapide, enthousiaste et sympa comme tout, et c’est peu dire ! Par conséquent, j’ai tout de suite foncé et je me suis mis au travail…

Ecrire un livre prend du temps. Combien de temps avez vous passé sur la rédaction de cet ouvrage ?
Si nous comptons en mois, j’ai mis environ 6 mois à l’écrire, parallèlement à mes activités d’entreprise (formations, créations de sites web, contrats de référencement, etc.). J’avoue que le rythme était très soutenu mais j’ai la chance d’avoir eu des clients compréhensifs et sympas avec lesquels j’ai pu me dégager du temps lorsque c’était nécessaire.

« je ne ferai pas de tels livres
tous les ans, c’est épuisant »

Au final, j’ai rédigé 622 pages en 6 mois, c’est un bon débit je trouve, mais je ne ferai pas de tels livres tous les ans, c’était parfois épuisant. Heureusement que le sujet était le référencement et que j’avais de quoi dire (et encore, je n’ai pas tout mis, ce sera pour une éventuelle réédition… ^^).

Quels conseils donneriez-vous aux personnes souhaitant se lancer dans l’écriture d’un ouvrage ?
Tout d’abord, si vous êtes passionnés d’écriture et que vous maîtrisez quelques sujets qui se prêtent à la rédaction d’un ouvrage, je ne vois aucune raison de ne pas foncer, au moins pour essayer.

Souvent, le plus difficile est de convaincre l’éditeur car pour le reste, vous savez très bien si vous avez les capacités de rédiger un ouvrage sur des sujets donnés. Dans ce cadre, je conseille de réaliser un sommaire très détaillé sur le livre à produire, voire même de rédiger le premier chapitre (le plus court en général) afin de donner à l’éditeur les clés du livre. Les décideurs ne sont parfois pas spécialistes du domaine, mais ils doivent pouvoir ressentir le potentiel commercial de l’ouvrage ainsi que la justesse des informations qui composeront l’ouvrage. Une fois ce travail effectué, réalisez une courte note de synthèse pour argumenter sur votre sujet et sur les idées qui vous poussent à entrer en contact avec l’éditeur en question.

Pour ma part, j’ai eu de vifs échanges avec Dunod avant qu’ils se rétractent pour des raisons budgétaires (après plusieurs mois de discussions), puis j’ai contacté First et Oracom. Je ne voulais pas faire de demandes multiples par respect pour les éditeurs. Au final, First m’a répondu 1h après ma demande et Oracom a un peu tardé mais la réponse était plutôt positive également. J’ai été très touché d’intéresser ces éditeurs, je ne pensais pas vraiment arriver à les convaincre pour être tout à fait honnête…

Enfin, la qualité de rédaction est importante, pour ne pas dire essentielle. Je ne suis pas un génie de l’écrit, loin de là, mais j’ai énormément de rigueur (vous devriez voir ma tête quand je trouve des coquilles dans des textes… ^^). J’ai été éduqué ainsi durant mes études, notamment avec les journalistes du journal Le Monde qui sont plutôt pointus sur l’orthographe et la syntaxe. Les fautes et les coquilles sont humaines, mais nous devons faire en sorte de rédiger le plus proprement possible, avec des tournures présentables. C’est pourquoi vous ne verrez pas dans mon livre les classiques « il y a », « suite à » (qui n’existe pas en réalité…), « le moment où » (le fameux « où » utilisé à toutes les sauces…), etc.

Maintenant quels sont vos projets ? De nouveaux livres en préparation ?
Mes projets sont de continuer à former un maximum de stagiaires, de propager les savoirs au sujet du Web et plus globalement de l’informatique et de la communication. J’essaie sans cesse de progresser, de mener des recherches et de gagner des compétences pour être de plus en plus précis pour mes clients et stagiaires. C’est un réel bonheur de vivre presque uniquement de la formation professionnelle, je me bats chaque jour pour que ça dure car chaque personne m’apporte beaucoup et j’essaie bien sûr d’en faire autant en contrepartie (ce serait mieux, n’est-ce-pas ? ^^).

Internet-Formation

Bizarrement, je ne cherche pas forcément les contrats de référencement. Non pas que j’en ai peur, je suis davantage passionné par l’échange des connaissances, c’est pour cela que j’interviens en formation à mon propre compte mais également dans d’autres centres de formation ou en tant qu’intervenant à l’université. Je me retrouve plus là-dedans. Je réalise des contrats de référencement quand le projet ou le client me touche, tout comme pour la création de sites web. Ce sont des activités parallèles que j’aime réaliser, mais je n’en fais pas mon graal.

Enfin, j’ai effectivement un second projet d’ouvrage avec First au sujet des réseaux sociaux pour les professionnels. Beaucoup de livres extrêmement généralistes sortent à propos de Twitter et Facebook, mais il manque quelque chose de plus profond, bien que Romain Rissoan ait déjà publié un ouvrage excellent à ce sujet. L’objectif serait encore une fois d’apporter du contenu à ces sujets, d’aller en profondeur pour dégager des aspects positifs et négatifs aux réseaux sociaux, en sortant du carcan des « on-dit » souvent faussés sur le sujet. J’aimerais également présenter une liste exhaustive de réseaux sociaux afin que chaque secteur d’activités y trouve son compte, tout en présentant des cas pratiques permettant aux non-initiés comme aux initiés de trouver des clés pour utiliser ces outils à bon escient.

Un dernier mot, un dernier message à faire passer ?
Je voudrais remercier toutes les personnes qui ont cru en moi quand je me suis lancé tête en avant dans ce projet d’écriture. Mais il est également essentiel de remercier tous les référenceurs qui contribuent à faire avancer ce sujet et à éclaircir les aspects sombres du domaine pour le bien de tous. Je lutte incessamment contre les pseudo-spécialistes et les agences néfastes pour le référencement, mais nous avons la chance d’avoir aussi beaucoup de personnes douées, passionnées et qui jouent un rôle majeur pour le développement du référencement.

Enfin, je voudrais rendre hommage également à Olivier Andrieu que j’avais interviewé lors de mon master web et qui a toujours répondu à mes sollicitations. Je vois parfois de jeunes référenceurs le critiquer ouvertement (c’est facile derrière un écran) mais on dirait qu’ils ne mesurent pas l’aura du personnage. Voici mon humble avis sur le sujet… Sans Olivier Andrieu, la majorité des référenceurs et moi-même n’existerions pas sur le sujet, il a lancé la dynamique et essaie de maintenir la flamme allumée. Désormais, d’autres très bons référenceurs apportent un second souffle mais rendons à César ce qui lui appartient. Le mot « référencement » n’aurait aucun sens pour la plupart d’entre nous sans lui…

Mathieu Chartier
www.internet-formation.fr
www.mathieu-chartier.com

16 Commentaires pour “Interview de Mathieu Chartier auteur du Guide du référencement web”

  1. Marc from Ecuries du Lanson dit :

    Merci pour cet article. J’ai toujours été intéressé par ce type de livre. Après je pense acheter le second sur les réseaux sociaux car pour le SEO j’ai lu celui d’olivier Andrieu et je pense que ce sera de la redite… Mais en tout cas bravo pour vous être lancé dans ce projet ambitieux ! il faut à la fois beaucoup de rigueur, être pointu sur les techniques que l’on décrit et enfin savoir vulgariser !
    Bonne vie à votre premier livre et qu’il en en appelle beaucoup d’autres.

  2. Bonjour
    Moi j’aime beaucoup la conclusion de cet article :-)
    Merci en tout cas, ça fait plaisir !!
    :-) ))
    Cordialement

  3. Arnaud from devis isolation dit :

    Hello,

    Je ne connais pas son ouvrage, mais à la lecture de cette interview je vais m’y intéresser :) même si j’attends aussi le livre d’Olivier Andrieu comme chaque année.

    Pour le projet d’ouvrage sur les réseaux sociaux, ça serai intéressant aussi de parler de son utilisation mais en BtoB, trop souvent laissé de côté.

  4. Mapics dit :

    Interressant se livre, je me laisserais tenter pour offrir à certains de mes clients qui ont tendance à faire n’importe quoi dans leur référencement. De plus un livres de 622 pages avec des cas concret ne peut être que positive. Merci à l’auteur de partagé ces connaissances en matiere de référencement

  5. Marion dit :

    Merci pour l’interview, rah encore un livre de plus a acheté car ça m’a vraiment donné envie de le lire ;)

    Super sympa les petits conseils pour ceux qui souhaitent se lancer dans la rédaction d’un livre, je garde ça sous le coude.

    Au plaisir.

  6. Miss Seo Girl from Alexandra Martin dit :

    Bonjour vous deux,

    Alors, je dis merci à Marc d’avoir pris l’initiative de faire cette interview, et merci à Mathieu d’avoir répondu :) .

    J’attends ce livre depuis longtemps, et je suis sure que je vais le lire avec grand plaisir. Les sujets sont intéressants, et différents des autres livres (en tout cas, c’est mon impression, en lisant cette interview.)

    Ps : J’ai eu quelques échanges par mail avec Mathieu et j’ai été étonnée par sa modestie, sa gentillesse et sa simplicité ! Merci Mathieu d’être aussi « ouvert » aux autres :)

    Et un 2eme PS :) : tout à fait d’accord avec ta conclusion sur Olivier « Sans Olivier Andrieu, la majorité des référenceurs et moi-même n’existerions pas sur le sujet ». Miss Seo Girl n’existerait pas non plus d’ailleurs. Alors, merci Olivier ! :)

  7. Merci pour vos commentaires, et j’en profite pour remercier une nouvelle fois Olivier Andrieu pour son travail.

    En effet, nous achetons tous le livre d’Olivier Andrieu chaque année (bientôt l’édition 2013 d’ailleurs !!! :D ), c’est un peu le passage obligé. En revanche, Eyrolles n’a-t-il pas pensé à vendre des armoires ou des bibliothèques avec le livre ? Force est de constater que le rayon « Andrieu » commence à grandir chez moi et il occupe une bonne partie de la section « référencement » que je me suis constitué. ^^

    J’ai essayé de rédiger sur d’autres points pour ne pas faire du « Andrieu » justement, sinon, il suffit juste que nous sachions tous écrire. Toutefois, je n’ai pas pu non plus réinventer la roue. Les règles sont les mêmes donc sur ce point, inutile d’acheter tous les ouvrages sur le domaine, je pense qu’il s’agit plus d’un ouvrage qui intéresserait des techniciens (plutôt que les théoriciens) ou les débutants sur le sujet. J’ai essayé de faire de mon mieux, mais je ne suis qu’un homme, alors ce ne sera pas parfait… ^^

  8. J’avoue ne pas connaitre ce jeune auteur, mais après la lecture de cet article de présentation du guide du référencement web, je suis bien tenté de me rendre chez un libraire pour feuilleter quelques pages de cet ouvrage avant d’en faire l »acquisition.

    Cependant, je suis toujours retissant à l’idée d’acheter un livre sur un des domaines les plus fluctuants. Après, j’imagine que ce sont des guidelines que l’on peut considérer comme utiles pour tout le monde.

    Merci encore pour cet article !

  9. Sylvain Raucaz from Soirée A Thème dit :

    A l’heure où l’idée louable du JDN d’un sondage sur les meilleurs référenceurs SEO semble paradoxalement déclencher une fronde incompréhensible contre les pionniers et « stars » d’un métier qui ne fait qu’éclore, il est terriblement jouissif qu’un jeune espoir du SEO qui sache écrire et surtout mouiller sa chemise fasse un hommage massif à papé Andrieu et évite de cracher dans la soupe en jouant les rebelles à 2 octets. Merci.

  10. Merci @LeRéférenceur pour cette tribune offerte à Mathieu, c’est très sympa et surtout instructif :) Pour ma part, outre le sujet qu’est le SEO, j’ai particulièrement apprécié lé retour d’expérience sur la rédaction du livre en lui-meme. Le temps de rédaction, le nombre de page, l’organisation autour de l’écriture. C’est très intéressant, presqu’aussi important que le contenu car il faut pouvoir avoir de bonnes conditions pour rédiger.

    Pour revenir sur le contenu, il parait indispensable d’avoir 2 appcohes bien distinctes dans un livre sur le réferencement (clin d’oeil également à Olviier A. ^^). A savoir une approche des fondamentaux à destination des novices en SEO qui souhaitent découvrir cet univers et progresser. Mais également, une partie plus pointue qui va piquer la curiosité des plus aguerris ! Mathieu a pensé à cela, et je pense que cela va contribuer au succès de son livre.

  11. Evenstood from Blog d'actu Angers dit :

    J’ai pris du plaisir à lire cette interview et de découvrir le parcours de Mathieu que je ne connaissais absolument pas.

    Pour ce qui est de l’ouvrage, il a l’air bien construit et bien fournit mais comme Marc j’émets quelques réserves sur les bouquins généralistes dans le domaine du SEO aujourd’hui.

    J’émets surtout des doutes sur la capacité à apprendre de nouvelles choses et à ne pas faire ou redire ce que quelqu’un à dit.

    Je vais peut être moi même me lancer dans l’aventure mais avec de la rédaction spécifique sur telle ou telle point. Plus niché certes mais selon moi qui apporte une vraie valeur ajoutée.

    Pour finir, je tenais à réagir à ta conclusion. Critiquer des personnes comme Olivier n’est pas interdit. Je l’est allègrement fait pour la sortir du guide pingouin notamment et cela ne m’empêche pas pour autant de dire ouvertement également que sans son bouquin je ne serais pas là aujourd’hui (dans le ref).

    En revanche, il faut savoir parfois reconnaître des erreurs, des travers ou je ne sais quoi d’autres encore, sinon cela s’appelle de la vénération aveugle, et c’est dangereux !

    Ce qui ne m’empêche pas non plus d’avoir de la sympathie pour Olivier, je pense justement que si j’avais ignorer mes quelques désaccord avec lui, ça aurait été le reflet de mon désintérêt pour le personnage et le professionnel qu’il est, ce qui est loin d’être le cas.

  12. Le Juge from Website development Vancouver dit :

    Tiens effectivement – Il est totalement inconnu au bataillon Matthieu Pour moi en tout cas – comme quoi – Je ne suis pas un grand fan des Guide du référencement personnellement tout simplement parce qu’a chaque fois que j’en ai acheté un je n’a tout simplement rien appris – NO offence a Olivier et aux autres auteurs – ce n’étaient pas de mauvais ouvrages – mais disons que je ne fais pas partie du public cible.

  13. Gaëtan dit :

    Et hop, 2 livres en plus dans ma liste d’envies Amazon :-)

    Bon week-end,

    Gaëtan.

  14. Marc from moquette dit :

    Bon c’est vrai que pour le coup, je suis presque sur d’apprendre quelque chose en lisant ce livre, car je n’ai aucune idée de la tête que peut avoir le webmaster tool de Yandex ! Par contre l’intérêt professionnel est limité :p
    En tout cas merci pour l’interview, très enrichissante ! C’est toujours un plus de découvrir des parcours différent et comment ils sont rentré dans le monde du SEO !

  15. Ah non, vous avez tort, Yandex a beaucoup d’intérêt, notamment pour Gérard Depardieu en Russie ! :D
    Plus sérieusement, les autres moteurs peuvent sembler « sans intérêt » mais n’oublions pas que Baidu utilise la technologie de Bing pour ses résultats internationaux par exemple, donc pour des sociétés d’envergure mondiale, il ne faut pas penser qu’à l’Europe. De même aux Etats-Unis car les parts de marché sont davantage réparties que par chez nous, les autres moteurs comme ask.com, Bing et Yahoo représentent une part de visite non négligeable. Certes, il est déjà difficile de gérer nos cas français, mais mon objectif est de montrer qu’on a trop tendance à penser « français ».

    Je mentionne également dans l’ouvrage le web-mobile et les idées de référencement qui s’en approche (bien que ce soit encore limité à ce jour, soyons honnêtes). En France, nous avons tendance à penser « Apple » à tout-va mais sur les marché mondial, la marque à la pomme est loin de dominer…

  16. Christophe dit :

    J’ai vu en effet Mathieu au SEO Camp de Nantes et c’est visiblement un bon conférencié et un bon formateur.
    D’une part il parle distinctement et il explique très le sujet anbordé.
    J’imagine que son livre est une mine d’or pour les néophytes du référencement.
    Perso je n’ai pas eu de livre lorsque j’ai commencé j’ai appris sur le tas et c’est tjs beaucoup plus long …

Laisser un commentaire

Ce blog utilise KeywordLuv. Entrez votre pseudo@MotsClés dans le champs Nom.